Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

Chargement

Loader
 

Il existe un site optimisé
si vous êtes sur place

 

Contes et légendes

Avant d'explorer les splendeurs de nos vallées et favoriser votre imaginaire, voici une légende du plateau des 1000 Etangs et un extrait de La Vouivre, célèbre roman de Marcel Aymé, auteur très attaché et inspiré par la Franche-Comté.

1000 étangs pour légendes

- ©CRT de Franche-Comté

La vouivre 

"la Vouivre porte sur ses cheveux un diadème orné d'un gros rubis, si pur que tout l'or du monde suffirait à peine à en payer le prix. Ce trésor, la Vouivre ne s'en sépare jamais que pendant le temps de ses ablutions. Avant d'entrer dans l'eau, elle ôte son diadème et l'abandonne avec sa robe sur le rivage. C'est l'instant que choisissent les audacieux pour tenter de s'emparer du joyau, mais l'entreprise est presque sûrement vouée à l'échec. A peine le ravisseur a-t-il pris la fuite que des milliers de serpents, surgis de toutes parts, se mettent à ses trousses et la seule chance qu'il ait alors de sauver sa peau est de se défaire du rubis en jetant loin de lui le diadème de la Vouivre."

La Vouivre, du vieux mot "guivre", la vipère, aime fréquenter les rivières, les étangs paisibles. C'est dans ces sources qu'elle va boire et se baigner. Elle apprécie aussi les grottes, les marais.

Un trésor enfoui : une légende du plateau de 1000 Etangs  

"Un vieux magicien qui savait changer le plomb en or voyageait toujours avec un coffre rempli d'un fabuleux trésor. Un soir de Noël, en pleine tempête de neige, il arriva au bord d'un étang. Non loin il aperçut une énorme pierre haute comme deux hommes derrière laquelle il put s'abriter. Sachant que des voleurs rodaient dans le coin, il pensa :

- Je dois cacher mon trésor.

Il prononça une formule magique pour faire apparaître son serviteur, un géant invisible. Le géant souleva le gros caillou d'une main et le magicien déposa un coffre plein or. Puis le géant remis tout en ordre.

Le lendemain, le magicien décida d'aller jusqu'au bout du monde mais de laisser son

or enfoui afin de voyager le coeur léger. Il dit au géant invisible :

- Pendant mon absence, la nuit de Noêl, au douzième coup de minuit, tu lèveras la pierre, tu la lanceras dans l'étang, tu ouvriras le coffre, tu compteras les pièces en les faisant sonner une à une et tu refermeras le tout.

- Oui, maitre répondit le géant invisible.

Et l'homme parti rassuré dans des terres lointaines. Mais jamais, il ne revint.

Chaque nuit de Noël, si tu braves le froid et la neige, tu apercevras la grande pierre qui s'élève par magie dans les airs pour se rendre vers l'étang et s'y baigner un court instant. Et tu entendras le bruit étrange des pièces d'or qui tintinnabulent. C'est le géant invisible qui compte le trésor afin de tenir la promesse faite à son maitre"